Le photovoltaique en France est-il l’énergie renouvelable par excellence ?

A l’évidence, l’énergie solaire offre la promesse d’une énergie inépuisable, accessible et propre. C’est elle qui nourrit la vie depuis des milliards d’années après tout. C’est ce constat qui gouverne le développement du solaire qui continue de croître comme énergie renouvelable séduisante. Sa part dans le mix énergétique français n’est pourtant de que 4% en 2018…

Et pourtant s’est coûts réduisent comme peau de chagrin et séduisent de plus en plus les constructeurs et acteurs de l’énergie. Le solaire s’affirme clairement comme la technologie en croissance dans les installations d’énergie renouvelables dans le monde en 2018 selon les chiffres publiés par l’agence internationale des énergies renouvelables (IRENA).

La baisse spectaculaire des couts de production pourrait même permettre à la capacité photovoltaïque installée de rejoindre l’éolien et l’hydroélectrique et si en Europe et France, le solaire est en retard, cela pourrait bien changer prochainement malgré l’importance historique de approvisionnement énergétique nucléaire et fossile.


La situation française du solaire

Avec une part de seulement 16% d’énergies vertes dans son mix énergétique, la France n’est pas la mieux placée sur l’échiquier européen. Des raisons historiques expliquent cela qui ne sont pas forcément pénalisantes en matières d’émission de GES (gaz à effet de serre) mais la France reste en retard par rapport à son objectif de 23% de renouvelables fixé pour 2020.

Les prix toujours plus compétitifs se ressentent également dans l’offre de Nedpark. Spécificité française, le rythme des raccordements de parcs solaires reste stable en 2018, accusant même une baisse au quatrième trimestre, selon les chiffres présentés par France Territoire Solaire. La volonté des pouvoirs publics et du ministère de la transition écologique est clairement de promouvoir le photovoltaïque par une simplification de son accès, grâce à la baisse des prix bien sûr, l’accélération et orientations des appels d’offre et l’incitation des acteurs à l’investissement.

A la pointe en termes d’incitations fiscales sur les équipements liées à la transition énergétique et aux énergies renouvelables, la France a abandonné certaines politiques incitatives en 2010 mais elles pourraient refaire surface. Il faut dire que les gouvernements successifs se sont focalisés sur les secteurs industriels, publics et privés. Les particuliers entrés sur le chemin  de la rénovation énergétique ne doivent pas désespérer pour autant. Leurs projets s’inscrivent dans une globalité et les conseillers Nedpark peuvent les aiguiller sur les solutions incitatives à leur disposition…

Quel solaire en France demain ?

Lors de l’événement Solar Future France organisé en avril dernier, le “Think Tank Solar Plaza” a dressé un état des lieux du marché français. Des tendances émergentes ont été ainsi identifiées: les contrats de gré à gré entre fournisseurs et consommateurs l’autoconsommation photovoltaïque faisant l’objet d’une demande toujours plus soutenu de la part des particuliers, le solaire flottant… A l’évidence, la promesse du solaire, des technologies photovoltaïques comme source d’énergie majeur du mix français n’est pas encore tenue. Elle en est loin mais des opérateurs, tels que Nedpark, œuvrent au développement du parc de panneaux photovoltaïque dans l’intérêt supérieur des consommateurs et de l’environnement.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *